-->

Pipe

Pipes
Il existe autant de types de pipes que de sortes de tabac. Les plus répandues sont:

Billiard
Un grand classique inspiré de la pipe moderne. Un foyer de taille moyenne, adapté pour le plus grand nombre, même les débutants. La hauteur du foyer est identique à la longueur du manche.

Billiard Bent
Identique à la pipe Billiard, mais courbée.

Apple
Disponible en version droite ou courbe. Style un peu plus rond.

Bulldog
Pipe à foyer rond, en règle générale, deux fentes séparent la partie basse et la partie haute du foyer.

Canadian
Un grand classique. Une magnifique pipe avec un manche particulièrement long et une tige courte. Pour beaucoup, ce modèle représente la plus élégante des pipes classiques.



Fabricants
Chez nous, vous trouverez - entre autres - des pipes des fabricants suivants:


Savinelli, Vauen, Auenland ,Peterson, Stanwell, Butz-Choquin, GDB, Firex, Brebbia, Big Ben




Auenland
A la fin de 2011 le fabricant de pipes allemand Vauen se voit refuser la prolongation des droits d'exploitation du label Seigneur des Anneaux sous prétexte de ne plus vouloir être associer au tabac. Vauen décide alors de créer ses propres modèles d'inspiration pseudo-médiévale, Gilg , Fiddo, Hugg, Eron, Doran, Clodo, Balbor et tout récemment Siman. Chacun des huit modèles de la gamme est disponible en version lisse et en version sablée.




friddo hugg gilg auenland vauen shire




Tabacs pour la pipe

Types de tabac

Virginia
Un tabac séché à l'air chaud, de couleur doré-marron, à la saveur sucrée – se trouve dans la plupart des mélanges de tabac à pipe. Tabac doux, à forte teneur en sucres (env.22%) et en huiles essentielles, moyenne en nicotine (1,9%). saveur douce et parfumée, fruitée, spécialement pour les tabacs mûris. bonne combustibilité.
Burley
Tabac séché à l'air, de couleur marron foncé, à la saveur terreuse. Ne contient pratiquement pas de sucres naturels (0,2%). Fort en nicotine (3%), il sert à donner du corps aux mélanges. Saveur forte et sèche. Arômes caramel pour Burley saucé. Le Burley torréfié peut développer des arômes de chocolat ou de noisette.
Oriental
Tabac séché au soleil, petites feuilles/feuilles courtes – utilisé pour les mélanges anglais. Forte teneur en huiles aromatiques, élevée en sucres (12%) et faible en nicotine (1%). Saveurs très aromatiques, douces, souvent épicées.
Latakia
Tabac oriental séché au feu – de couleur noire, utilisé pour les mélanges anglais. Teneur en nicotine forte pour le syrien, faible pour le chypriote. Saveurs sombres, terre et cuir, avec une certaine acidité, plus prononcée pour le syrien moins riche en sucres. Bien entendu, une note fumée liée au processus de fabrication.
Perique
Tabac fermenté dans des cuves, de couleur noir-marron. Extrêmement aromatique, saveur piquante et douce, réputé pour rafraîchir la fumée des mélanges.
Cavendish
Le Cavendish n'est pas un plant de tabac, mais un procédé d'obtention. Ce procédé consiste à préparer un gâteau de feuilles de tabac - Burley, Virginia ou Maryland - à le saucer copieusement avec des solutions sucrées, puis à mettre ce gâteau sous pression et en chaleur humide. Le produit obtenu est un bloc brun sombre à noir, qui, une fois découpé, donne un tabac très sucré.

Blends (mélanges)

Natural blends
Tous les mélanges Virginia purs, sans additifs.

Aromatic blends
Les mélanges aromatisés avec de la vanille, de la cerise etc.

English blends
Généralement, ce sont des mélanges de tabac Virginia, Latakia ou Oriental.

Voici un échantillon de notre sélection de tabacs pour fumeurs exigeants :

Amphora, Borkum Riff, Danske Club, Kentucky Bird, Cellini, Dunhill, Villiger, 1888, Clan, W.Ø. Larsen, Stanwell, Mac Baren, Ilsted Own, Alsbø, Sweet Dublin, Westminster



Conseils

Choisir sa pipe
Le choix de la pipe est très important. Lorsque l'on débute il est préférable de prendre une pipe droite ou légèrement courbée, pour la bonne raison qu'au début on a tendance à faire un petit peu de jus dans sa pipe, celui-ci se retrouverait dans le fond du fourneau et provoquerait des « glouglous » pas très agréables, et chargerait la fumée en l'humidité.
Eviter de prendre une pipe trop longue, car l'effet de levier serait trop important pour quelqu'un qui n'est pas habitué à porter une pipe entre les dents.
Pas trop courte, du fait de son court tuyau la fumée arrive plus chaude en bouche, les arômes de votre tabac en seraient affectés.

Accessoires
Il est absolument nécessaire d'avoir un bon outil à pipe. Il en existe de nombreuses variétés mais, la plupart du temps, un outil en forme de cuillère ou de lame sert pour le nettoyage du foyer, un poussoir pointu est utilisé pour éliminer les bouchons et un poussoir avec un pied aplati est utilisé pour bourrer le tabac.
Nettoie pipe – doux et moelleux pour éliminer l'humidité ou fin et dur pour évacuer les résidus de charbon dans la pipe.

Remplir sa pipe
Le remplissage d'une pipe est très important.
Il faut tout d'abord aérer son tabac si celui-ci est trop compact. Ensuite déposer dans le fond du fourneau des petites pincées de tabac par fine couche en le tassant par tiers.
  • Premier tiers, très légèrement à la force d'un doigt d'enfant.
  • Second tiers, un peu plus fort à la force d'un doigt de femme.
  • Troisième tiers, plus fermement à la force d'un doigt d'homme.
Avant d'allumer la pipe il est préférable d'en vérifier le tirage, s'il y a trop de résistance, la vider et recommencer le remplissage. Si au contraire que ça passe trop facilement, tasser une fois encore le tabac.

Culotter sa pipe
Le culottage d'une pipe est réalisé lorsque la pipe est neuve, pas encore fumée. Cette opération consiste à fumer du tabac afin de déposer une couche de carbone (que l'on appelle le culot) dans le but de protéger la bruyère du fourneau des brûlures éventuelles, et pour profiter du gout naturel du tabac. C'est un peu le rodage de la pipe.

Tout d'abord et ceci est très important éviter de culotter sa pipe à l'aide d'alcool, de miel ou tout autre produit.
Le seul moyen de culotter sa pipe est un moyen tout à fait naturel : en la fumant avec son tabac.
Le principe des trois tiers est la meilleure solution pour un débutant. Cette méthode consiste à ne remplir sa pipe qu'à un tiers du fourneau pour les cinq/six premières fois et essayer de fumer complètement son tabac lentement sans chauffer sa pipe jusqu'au bout. Ensuite remplir aux deux tiers que l'on fumera toujours lentement en évitant de chauffer, idem cinq/six fois.
Enfin on peut la remplir jusqu'en haut en gardant bien en tête d'éviter de chauffer la bruyère afin l'habituer progressivement à supporter la chaleur et éviter ainsi de la serrer et de procéder à un culottage total.

Allumer sa pipe
Porter la flamme sur le tabac et aspirer longuement afin d'allumer celui-ci. L'effet de la chaleur sur le tabac le fait remonter. Tasser légèrement le tabac à l'aide d'un bourre-pipe et de rallumer la pipe si elle s'est éteinte.
Ne pas oublier le principe de la cheminée, il ne suffit pas d'aspirer dans le tuyau pour entretenir le foyer, il faut aussi de temps en temps souffler dedans.

Fumer sa pipe
Pour un novice, fumer une pipe sans savoir comment s'y prendre peut être assez déconcertant. Voici quelques conseils pour ne pas être déçu par sa nouvelle acquisition.

Le fumeur veillera à ne pas "avaler" la fumée. C'est un plaisir gustatif. Le fumage doit être régulier afin d'assurer une bonne combustion du tabac. Si la pipe s'éteint, on peut la rallumer sans problèmes tant que celle-ci est chaude. Si elle est froide, il vaut mieux éviter, ceci produisant un goût très désagréable en bouche.

On prendra garde à ne pas tirer trop fort ni trop rapidement sur sa pipe, ceci produisant par condensation un "jus" au goût fort désagréable si celui-ci arrive par mégarde en bouche. On dit dans ce cas que la pipe "glougloute", du fait du bruit qu'elle produit lors de la formation de ce jus (lire ci-dessous).

De temps en temps, à l'aide de son bourre-pipe, on égalisera la cendre à la surface du fourneau afin d'assurer une combustion uniforme. Une pipe bien bourrée peut être fumée pendant une heure environ, après quoi il ne restera plus que quelques cendres et morceaux de tabacs à moitié consumés.

Un des aspects pour lesquelles beaucoup de personnes sont découragées lorsqu'elles commencent à fumer la pipe, c'est la langue qui pique lors du fumage et souvent également après. Pour apprécier les tabacs, il faut nécessairement passer par là, mais ceci ne dure que quelques jours. Il est conseillé de fumer des tabacs très doux afin d'atténuant cette irritation. Il faut aussi retirer régulièrement la pipe de la bouche pour minimiser les risques de brûlures de la langue dû à une fumée trop chaude. Avec le temps, tout ceci disparaît et le plaisir devient total.

Important: laisser sa pipe reposer avant de la fumer, ne jamais remplir ou fumer une pipe chaude.

Jus dans sa pipe
Le fait de serrer les dents sur le tuyau fait saliver ce qui transmet de l'humidité dans le tuyau et qui provoque du jus.
Autre élément qui provoque du jus c'est le petit refroidisseur métallique qui doit être enlevé. En effet la fumée chaude sur ce morceau de métal provoque de la condensation, de plus ce refroidisseur rétrécit le chemin parcouru par la fumée et oblige le fumeur à tirer plus fort sur sa pipe donc de la chauffer inutilement.

Entretenir sa pipe
Il faut nettoyer sa pipe après chaque fumage. Le nettoyage du tuyau se fait avec des cures-pipe. Le démontage du tuyau se fait à froid, en le dévissant. Le nettoyage du conduit des deux parties de la pipe est important et il faut prendre garde à ce que l'air passe correctement tout au long du tuyau.

Il convient également de vérifier que le carbone du culot n'est pas trop épais. Deux millimètres d'épaisseur sont largement suffisants. Pour enlever le surplus, il est recommandé d'utiliser la cuillère du bourre-pipe délicatement, afin de ne pas blesser la bruyère du fourneau. Un nettoyage intérieur plus approfondi est utile de temps en temps. On peut utiliser pour cela un nettoie-pipe imbibé d'alcool afin de décrasser totalement le tuyau.

Le nettoyage extérieur sert essentiellement à préserver l'aspect esthétique de la pipe. On utilise pour ce faire un chiffon doux en laine pour redonner un peu de brillant au fourneau.